Dans la continuité du « Grenelle » la part variable en REP + : outil de management pour casser les statuts

Dans la continuité du « Grenelle » la part variable en REP + : outil de management pour casser les statuts

Le ministère a réuni les organisations syndicales au sujet de la dernière tranche des indemnités REP +. Cette proposition qui sera à l’étude du comité technique ministériel du 17 juin ne prévoit pas d’élargir le champ des personnels qui sont pour le moment exclus du versement de l’indemnité REP+ (AESH, AED, assistants sociaux…), ce qui est scandaleux.

Compte rendu de l’audience « Grenelle » avec le ministre Blanquer, le 16 novembre 2020

Compte rendu de l’audience « Grenelle » avec le ministre Blanquer, le 16 novembre 2020

Déclaration de la FNEC FP-FO : Monsieur le ministre, vous prétendez « revaloriser » les personnels. Nous vous avons déjà fait part de l’indignation des agents à la lecture des 4 scenarii du Grenelle qui excluaient d’ailleurs la plupart des personnels de toute revalorisation : pour la plupart d’entre eux, la « revalorisation », ce sera 0 euros ! Rien par exemple pour les personnels administratifs de catégorie c qui en début de carrière ont un salaire inférieur au SMIC ! Rien pour les personnels médico-sociaux ! Rien pour les AESH ! Ce n’est pas acceptable !

Grenelle : Une « revalorisation » qui rime avec provocation ! Des menaces statutaires bien confirmées !

Grenelle : Une « revalorisation » qui rime avec provocation ! Des menaces statutaires bien confirmées !

Deux groupes de travail ont été réunis pour présenter aux fédérations syndicales les mesures salariales du « Grenelle des professeurs ». Toutes les annonces seront faites par le ministre dans la semaine du 9 novembre. L’enveloppe budgétaire dont dispose le ministère s’élève à 400 millions d’euros en 2021 et 500 millions ensuite.

Prime Covid : à vot’ bon cœur m’sieurs dames !

Prime Covid : à vot’ bon cœur m’sieurs dames !

La FNEC FP-FO intervient pour rappeler ses positions : aucune prime, aucune indemnité ne
constituera jamais une politique salariale digne de ce nom. Les personnels de l’Education nationale sont paupérisés depuis 20 ans, et plus encore ces 10 dernières années par le gel du point d’indice et le ralentissement des carrières. Nous exigeons l’ouverture de négociations salariales pour une revalorisation significative de la valeur du point d’indice.